Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Le Bulletin de l’Andeva » Numéro 33 (août 2010)

Vie de l’Andeva

4 septembre 2010

- L’Andeva en chiffres
- Le Cerader 87 a tenu sa première assemblée générale
- L’Addeva 52 s’est créée à Saint-Dizier
- Hautes Pyrénées (Midi-Pyrénées) : l’Addeva 65 aide les victimes et les familles


L’Andeva en chiffres

Adhérents, Associations

L’Andeva compte aujourd’hui 22.000 adhérents et regroupe une soixantaine d’associations locales.

Téléphone

Le siège de l’Andeva à Vincennes a reçu plus de 3000 appels téléphoniques de juin 2009 à mai 2010.

Courrier, Mails

Le total des courriers et des mails reçus dans la même période s’élève à 5896 (3435 courriers et 2461 mails).

Bulletin

Le Bulletin de l’Andeva est tiré à 25 000 exemplaires.

Communiqués

Sur les douze derniers mois, l’Andeva a publié 22 communiqués de presse.

Formations

L’Andeva a organisé trois formations de base sur la gestion des dossiers, trois sur le Fiva et deux formations médicales (maladies respiratoires et TCI)

Site internet

Le nombre total de visites sur le site internet de l’Andeva s’est élevé à 170 289 de juin 2009 à mai 2010. Il y a eu 455 289 visites depuis février 2007. Leur nombre mensuel moyen était inférieur à 9000 en 2007. Il dépasse 14.000 sur les 12 derniers mois.

andeva.fr


Le Cerader 87 a tenu sa première assemblée générale

25 personnes ont participé à l’assemblée générale constitutive de la nouvelle association.

René Vincent a présenté les combats menés par Andeva (pénal, réparation intégrale, prévention) et l’aide que peut apporter une association locale aux victimes pour constituer des dossiers.

François Lafforgue, avocat des victimes, a fait le point sur les actions judiciaires.

Une responsable de la FNATH a souhaité une coopération avec l’association naissante.

20 personnes ont adhéré, un bureau a été élu, des statuts approuvés. Serge Caratori présidera la nouvelle association.

Cette assemblée a été bien relayée par France 3 Limousin, France bleu Limousin et l’Echo du centre.


L’Addeva 52 s’est créée à Saint-Dizier

La création de l’Addeva 52 prolonge la longue lutte des anciens salariés de Case IH à St-Dizier (devenue McCormick et FBMA) pour inscrire leur usine sur la liste ouvrant droit à la cessation anticipée d’activité.

Un dossier est monté avec la liste des machines utilisant de l’amiante. Le CHSCT recense 29 décès liés à l’amiante.

En janvier 2007, le ministère refusa l’inscription. Le recours fut plaidé par maître Lafforgue devant le tribunal administratif, puis en appel.
En janvier 2010 la cour d’appel administrative de Nancy ordonna l’inscription. L’arrêté parut au J.O. le 30 avril. Cette victoire, après six années de lutte, fut dédiée à tous les collègues morts de l’amiante.
Pour monter les « dossiers Acaata » et aider les victimes à être indemnisées, une association reliée à l’Andeva a été crée. Elle a déposé ses statuts. La réunion constitutive s’est tenue le 24 juin, avec maître Lafforgue et Bernard Leclerc.

Pascal Vaglio présidera l’Addeva 52, qui compte déjà plus d’une soixantaine d’adhérents.


Hautes Pyrénées (Midi-Pyrénées) : l’Addeva 65 aide les victimes et les familles

L’Addeva 65 s’est créée à partir d’un collectif de cheminots. « Nous avons eu des décès, dont celui d’un camarade de la CGT, mort d’un mésothéliome, explique André Duhaut, son président. Il fallait aider les victimes et les familles. En octobre 2008, nous avons déposé des statuts. Georges Arnaudeau d’Allo Amiante et Jean-Louis Barthès nous ont aidé à démarrer. Des articles sont parus dans la presse locale et les journaux syndicaux. »

Avec l’aide de la Mutuelle des Travailleurs des Pyrénées, l’Addeva 65 a organisé deux forums, avec la participation d’Annie Prud’homme, chef du service de pneumologie à l’hôpital de Tarbes, et de maître Michel Ledoux. Une réunion d’information est prévue en septembre à la Bourse du travail. Créée par des cheminots, l’association est ouverte à toutes les activités et tous les métiers. Elle apporte ainsi son aide aux victimes de GIAT, usine d’armement aujourd’hui fermée, qui a compté jusqu’à 3500 salariés. En un an et demi elle est passée à 30, puis 50, puis 65 adhérents.


Articles tirés du Bulletin de l’Andeva N°33 (août 2010)