Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Le Bulletin de l’Andeva » Numéro 26 (mai 2008)

VIE DE L’ANDEVA

7 mai 2008

DEUX TÉMOIGNAGES


Les poumons ou la tête ?

« Je suis mandaté par Aubert et Duval pour votre expertise. Je suis donc votre ennemi ». C’est par ces propos incroyables qu’un adhérent du Caper des Ancizes a été accueillis.
Les essoufflements ? Les douleurs thoraciques ? « C’est dans la tête que ça se passe ! Vous faites une phobie... »<br<
Sur le scanner, son pneumologue et le médecin conseil avaient vu un épaississement pleural. L’expert ne voit rien !
On le pèse, le mesure, lui prend la tension, mais on ne l’écoute pas. Entré dans le cabinet en tant que malade de l’amiante, il en ressort guéri, coupable de mensonge et… malade de la tête !


Des propos humiliants

Sept adhérents, bénévoles et malades de l’Addeva 44 sont sortis choqués de l’audience à la cour d’appel de Rennes, le 14 mai 2007.
L’avocate du Fiva a tenu des propos qu’ils estiment indécents, irrespectueux voire humiliants à l’encontre de la victime défunte et de sa famille.
Ils témoignent pour que d’autres n’aient pas à subir le mépris d’une personne qui se comporte comme défenderesse d’un employeur privé.


Article paru dans le Bulletin de l’Andeva n°26 (mai 2008)