Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » Actualité » 2009 » Mars

Une dégonflade en forme d’aveu : l’Institut du Chrysotile canadien renonce à poursuivre l’Andeva en justice

4 mars 2009

Suite à la parution d’un dossier intitulé "l’amiante au Canada : une industrie meurtrière et moribonde" dans le Bulletin de l’Andeva N°24 (en septembre 2007), l’institut du Chrysotile, grand défenseur de l’amiante canadien, avait engagé une poursuite en diffamation contre Marc Hindry, l’auteur de l’article et contre François Desriaux le directeur de publication du Bulletin.

L’article présentait l’Institut du Chrysotile pour ce qu’il est : "un organisme de propagande et de corruption". financé par les industriels de l’amiante et l’Etat canadien pour faire la promotion de ce matériau cancérogène.

François Desriaux et Marc Hindry , qui étaient convoqués chez le juge d’instruction, ont appris hier que l’Institut du Chrysotile renonçait à poursuivre.

Il craignait, non sans quelque raison, que le procès se retourne contre lui et se transforme en tribune internationale pour dénoncer la politique criminelle du gouvernement canadien de défense et de promotion de l’amiante, qui est aujord’hui de plus en plus contestée au Canada même.


- Le communiqué de l’Andeva
- Le dossier dans lequel figure l’article incriminé (au format *.html)
- L’intégralité du numéro 24 du Bulletin de l’Andeva (au format *.pdf)