Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » Actualité » 2008 » Novembre

Un reportage sur l’amiante en Nouvelle Calédonie

17 novembre 2008

Jean-Charles Chatard, journaliste corse spécialiste des reportages sur la santé publique, a réalisé un journal de bord d’un voyage qu’il a fait en novembre 2008 en Nouvelle Calédonie, où l’amiante cause une trentaine de morts par an.

Il est en ligne sur Daily motion.

Le journaliste est guidé par André Fabre, président de l’Adeva NC. Grâce au travail de son association, créée en 2005, la CAFAT, la sécurité sociale calédonienne, a commencé à indemniser les victimes calédoniennes, mais les victimes environnementales ne sont toujours pas indemnisées.

On voit les conditions dans lesquelles sont broyés les résidus de nickel, avec une forte pollution environnementale par des fibres d’amiante (amiante et nickel étant géologiquement liés).

André Fabre participe à une réunion de la commission amiante du gouvernement avec des représentants du ministère de la Santé, de la DDASS-NC.

Il prépare une projection d’un film sur l’amiante, qui sera suivie d’un débat.

Il se rend à la chefferie de Saint Louis, pour voir une ancienne mine abandonnée, tout près de Nouméa. Un projet de revégétalisation de cette mine est en cours. Rock Wamytan, ancien président du FLNKS, explique comment son père, chauffeur dans cette mine est décédé à 57 ans d’une maladie pulmonaire. Il évoque d’autres cas de décès dus à des maladies respiratoires.

Les populations mélanésiennes sont les plus touchées par les maladies de l’amiante. Les industriels du nickel soutiennent qu’ils ne sont pas responsables.

La Foa à 100 kilomètres de Nouméa : des travaux de terrassement se déroulent sur des terrains chargés de roches serpentines chargées d’amiante. Les salariés ne sont pas informés du dangers et travaillent sans protection. Ils risquent d’avoir un cancer du poumon dans 30 ans ou 40 ans.

Hyengene, dans le Nord-Est de l’île : une dizaine de cases enduites de terre blanche (amiante) ont été détruites, mais le poison mortel est toujours présent dans le sol et dans l’air. A Tendo, personne ne savait que l’amiante était dangereux. Les gens meurent de cancers du poumon.

Au col d’Amos, dans la commune de Ouega, des travaux routiers à haut risque : pelleteuses et engins de chantiers soulèvent des nuages de poussières d’amiante.

Dans le tribu de Bondé, un vieil homme explique qu’il a toujours connu la terre blanche. Il montre un mur intérieur de maison recouvert de "pö", l’enduit à base d’amiante.

Au dispensaire de Pouébo, un parking recouvert de granulats amiantifères. Ici l’amiante est partout : devant les magasins, devant la salle commune, sur la jetée devant la mer...

Visite de la carrière d’Oubatché, dans la commune de Pouébo. Les roches amiantifères affleurent à l’état naturel. Malgré les mises en garde des médecins, ces roches sont réutilisées comme remblais pour les travaux routiers. Ce fut le cas du principal axe routier qui conduit au col d’Amos, sur une vingtaine de kilomètres.

Dans la tribu de Yambé, devant la maison commune, très fréquentée, on joue à la pétanque sur un terrain couverts de roches amiantifères. Sur la plage publique, une décharge sauvage de terres chargées d’amiante. Ici il n’y a aucune information officielle aux habitants sur le risque amiante.

Ce reportage ne plaît pas à tout le monde. Les gendarmes ont débarqué au dispensaire. Ils ont pris les noms des personnes qui avaient visité la carrière et interrogé le docteur Jean-Yves Dufoix. Quelques temps auparavant, ils avaient tenté de virer l’inspectrice du travail, en lui montant un conseil de discipline bidon...

Visite à Ouega. Vue sur les décharges sauvages. des roches amiantifères affleurent devant l’école, la mairie...Entretien avec l’adjoint au maire. Un devis a été réalisé pour des travaux d’assainissement. Il faudrait 600 à 800 millions d’euros...

Coeur de Voh : l’amiante est présent dans les mines de nickel.

Un congrès de pneumologie à Nouméa : le reportage est projeté aux participants. L’un d’eux dit son étonnement devant ces mines à ciel ouvert et ces décharges de roches amiantifères déversés sur la plage.


Télécharger ce reportage :

1èrepartie : (durée 19 mn 38 s)

2ème partie : (durée : 18 mn 12 s)

Un DVD sera réalisé.
Jean-Charles Chatard avait déjà fait un reportage sur l’amiante en Corse.