Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Le Bulletin de l’Andeva » Numéro 56 (janvier 2018)

Un film émouvant sur les luttes contre les crimes industriels : {les Sentinelles} de Pierre Pézerat

26 janvier 2018

Josette Roudaire et Jean-Marie Birbes étaient ouvriers. Ils ont respiré des fibres d’amiante, l’une chez Amisol à Clermont-Ferrand, l’autre chez Eternit près d’Albi. Paul François, agriculteur, a été gravement intoxiqué par le Lasso, un pesticide de Monsanto. Ils racontent leur lutte contre leurs empoisonneurs et rendent hommage à l’aide que leur a apportée Henri Pézerat, chercheur au CNRS à Jussieu, l’un des fondateurs de l’Andeva. Après l’amiante, les pesticides ! Le film de Pierre Pézerat, son fils, pose la question : les responsables rendront-ils un jour des comptes à la justice ?

« Rien ne justifie qu’on mette la vie d’autrui en danger, et surtout pas les bénéfices financiers. »

« C’est une histoire humaine, avec le regard d’un fils sur son père explique Pierre Pézerat, dans sa note d’intention. D’une certaine façon,c’est pour moi l’occasion de partager avec lui, a posteriori, un sentiment que je n’avais pas analysé jusqu’ici, qui est un profond respect pour le milieu ouvrier.

Celles et ceux qu’on n’entend jamais

Ce n’est pas un reportage, il ne se veut pas objectif. Le point de vue des industriels ne m’intéresse pas, la langue officielle, très peu pour moi, seul celui de l’avocat de Monsanto, caricatural, est évoqué.

Pourquoi ? Parce que ceux qui m’intéressent, ce sont ces hommes et ces femmes qu’on n’entend jamais nulle part, qui du haut de leur commune absence du moindre diplôme, nous délivrent quelques messages où l’intelligence, en plus du sentiment de révolte, s’est invitée au premier rang.

Ce qui, à l’heure où certains écoutent avec intérêt les discours simplistes basés sur la haine de l’autre, est un contrepoint réconfortant.

D’autre part, face au rouleau compresseur de la pensée, qu’est le dogme de la consommation-croissance, ils réaffirment des principes fondamentaux de la vie en société. Rien ne justifie qu’on mette la vie d’autrui en danger, et surtout pas les bénéfices financiers.

Des conditions de travail destructrices de la santé

Jouer sur la peur de faire perdre son emploi à quelqu’un, le forcer à accepter ainsi des conditions de travail qui détruisent sa santé et même sa fierté d’être humain, est quelque chose de criminel, n’en déplaise aux tenants de la dérégulation économique. Et ce sont les sentinelles qui le disent. »

Sur le site du film (www.lessentinelles.org)

On peut voir la bande annonce des Sentinelles, avec des interventions d’Henri Pézerat, Josette Roudaire, Jean-Marie Birbes, Paul François, des ouvriers de Triskalia, eux aussi victimes des pesticides, François Lafforgue et Annie Thébaud-Mony.

On peut aussi y lire le dossier de présentation, les coupures de presse et le calendrier des projections dont beaucoup sont suivies d’un débat.


Article tiré du Bulletin de l’Andeva N°56 (janvier 2018)