Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Le Bulletin de l’Andeva » Numéro 1 (Août 1996)

UNE VIVE RIPOSTE

5 décembre 2007

Frédéric Laurent, certains d’entre vous ont vu ce jeune homme qui, dans un reportage de « La Marche du Siècle » (France 3) consacrée à l’amiante, a décrit les conditions d’un chantier de déflocage dans une usine de café des environs de Clermont-Ferrand.

Mal conduit, ce chantier a soumis les travailleurs de cette société à l’inhalation d’un épais nuage de poussières d’amiante.
Frédéric Laurent, qui a eu le tort de ne pas accepter cela et de témoigner devant une caméra de télévision, a reçu fin juillet une lettre de licenciement pour "motif personnel" !
Au-delà du fait que le motif invoqué est une incongruité juridiquement parlant, l’information a choqué par la volonté exprimée ainsi de se débarrasser d’un ouvrier qui a eu le courage de refuser le fait accompli de conditions de travail inacceptables.

Cette injustice a entraîné immédiatement, sous la houlette de Josette Roudaire, animatrice du Caper de Clermont et membre du bureau de l’Andeva, une forte réaction.
Le directeur du Travail est interpellé, la presse alertée : devant une telle détermination, l’entreprise en cause a fait marche arrière et annoncé la réintégration de Frédéric Laurent.


Article paru dans le Bulletin de l’Andeva N°1 (août 2007)