Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » Actualité » 2009 » Janvier

Suppression du Juge d’instruction : l’Ardeva Nord - Pas-de-Calais s’adresse au Président de la République

17 janvier 2009

Dans une lettre du 14 janvier 2009 à Nicolas Sarkozy, Pierre Pluta, président de l’association, souligne que "l’éventualité de la suppression du juge d’instruction que vous avez récemment évoquée, perturbe très fortement les victimes de l’amiante qui ont le sentiment qu’une stratégie est progressivement mise en place avec pour objectif final d’éviter le procès pénal des responsables du plus grand scandale sanitaire que notre pays ait connu."

Il rappelle que "les veuves et les victimes de l’amiante venues de toute la France ont tourné autour du Palais de justice de Dunkerque toutes les trois semaines durant plus d’un an jusqu’à ce que les dossiers, qui étaient plongés dans un sommeil profond depuis 10 ans au fond des tiroirs des tribunaux locaux dans l’incapacité de les instruire, soient transmis aux juges d’instruction du Pôle de santé publique. C’est à partir de ce moment qu’une véritable instruction à vue le jour."
Il termine cette lettre par une invitation à venir s’expliquer :

"Contrairement à vos propositions, nous pensons qu’il est indispensable de renforcer les moyens mis à la disposition de ces juges d’instruction, chargés des dossiers sensibles.

Vous comprendrez, Monsieur le Président, les raisons pour lesquelles les veuves et les victimes de l’amiante de Dunkerque sont très attentives à vos propositions et déterminées à voir aboutir une véritable instruction et un véritable procès pénal de l’amiante.

Au nom des veuves et des victimes de l’amiante, j’ai l’honneur de vous inviter à bien vouloir préciser votre point de vue sur ce sujet lors de l’assemblée générale de notre association qui aura lieu le samedi 07 mars 2009 de 9h à 11h30 en la salle de la Concorde à Dunkerque."

L’Ardeva Nord - Pas-de-Calais a également écrit le 17 janvier à la sénatrice Sylvie Desmarescaux et aux députés Jean-Pierre Decool, Michel Delebarre, Christian Hutin, Patrick Roy, en joignant une copie de la lettre à Nicolas Sarkozy :

"Elus de notre région, vous comprendrez que l’annonce d’une éventuelle suppression du juge d’instruction inquiète et perturbe profondément les veuves et les victimes de l’amiante qui, avec votre soutien et celui des victimes venues de toute la France, ont obtenu qu’enfin commence une véritable instruction pour un véritable procès pénal de l’amiante.

Aujourd’hui, les demandes pour une reprise des actions se font pressantes.

Au nom des veuves et des victimes je vous demande de bien vouloir sensibiliser tous les élus sur l’importance de ce sujet et d’appuyer notre demande auprès du Président de la République."