Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » Actualité » 2009 » Juin

Succès de la manifestation nationale des veuves et des victimes de l’amiante à Dunkerque

20 juin 2009

- la manifestation
- les prises de parole
- les photos



Plus de 2000 veuves et victimes de l’amiante sont venues de toutes les régions de France. Ils avaient tenu à venir, malgré la longueur parfois interminable du trajet, malgré le handicap lié à la maladie. Certains s’étaient levés à minuit, d’autres à 2 heures du matin.

Un car de victimes italiennes d’Eternit Casale Monferrato, parti la veille, avait fait le voyage jusqu’à Dunkerque. Une délégation de l’Abeva était venue Belgique. Deux autres associations, le Caova pour la Suisse et l’Abekra pour l’Allemagne, avaient envoyé des message de solidarité. Plusieurs organisations syndicales comme la CFDT des mineurs de Lorraine.ou la CGT de Sollac-Mittal étaient présentes. Des élus de Dunkerque, comme les députés Patrick Roy et Christian Hutin ainsi que la sénatrice Michèle Demessine étaient présents.

Avant le départ, devant la stèle de marbre noir érigée en hommage aux victimes de l’amiante, Pierre Pluta vice-président de l’Andeva et président de l’Ardeva Nord-Pas-de-Calais, fit une intervention devant la stèle pour remercier les participants et rappeler les objectifs de la manifestation. Michel Delebarre, député-maire de Dunkerque assura les manifestants de son soutien. Puis, des veuves et des victimes de l’amiante déposèrent une fleur chacune devant la stèle accompagnée par une mélodie jouée à la cornemuse. Une fleur en mémoire de chaque vie brisée par l’amiante...

Pierre Pluta fit une nouvelle intervention pour remercier les manifestants d’être venus si nombreux et appeler à une minute de silence en mémoire des disparus.

La manifestation se mit en marche. En tête du cortège des veuves de Dunkerque et d’autres associations, suivies par la délégation des victimes italiennes de Casale Monferrato et par celles de l’association belge des victimes de l’amiante, puis les associations de l’Andeva suivie des organisations syndicales et autres associations.

Sur le parcours, une délégation se rendit à la préfecture pour remettre au sous-préfet des lettres adressées par des veuves au Président de la République.

Quand le cortège arriva à la place des droits de l’Homme, il fut accueilli par le président de la Ligue des droits de l’Homme, qui distribuait un tract affirmant sa solidarité et son engagement. Sur une banderolle de l’Ardeva tendue sur la place, on pouvait lire : " Un siècle le rapport de l’inspecteur du travail Auribault de 1906 alertant à Condé sur Noireau sur les poussières pernicieuses et mortelles de l’amiante. Un siècle d’une catastrophe sanitaire qui égrène l’épouvantable. 10 morts par jour sans jamais aucun procès pénal. La Honte de la République !".

La manifestation se dirigea vers le Palais de Justice. 17000 effigies (le nombre de victimes de l’amiante décédées en France depuis la première marche des veuves de Dunkerque) furent jetées sur les marches du Tribunal.

Le défilé silencieux se termina par des prises de paroles place Jean Bart. Les représentants des associations locales de l’Andeva et ceux des victimes d’autres étaient présents sur l’estrade.

Trois événements marquèrent profondément toutes celles et ceux qui assistèrent à cette réunion :

- les interventions poignantes de Marjorie et Pascale, deux veuves de l’amiante, qui chacune avait envoyé une lettre au président Sarkozy
- La longue intervention de Madame Virginie Valton, secrétaire nationale de l’Union syndicale des magistrats (USM), qui prit nettement position pour un renforcement des moyens pour l’instruction du procès pénal de l’amiante et pour le maintien du juge d’instruction.
- Les interventions chaleureuses de Nicolas Pondrano et Bruno Pesce, représentants des victimes italiennes, celle d’Eric Jonckheere, représentant de l’Association belge des victimes de l’amiante, qui s’étaient déjà retrouvées aux côté des victimes françaises à Strasbourg et à Turin.

La solidarité internationale des victimes de l’amiante fut d’ailleurs un des thèmes centraux de cette manifestation, largement souligné par les medias.

Au nom de l’Andeva, Alain Guérif, président de l’Andeva, commença son intervention en remerciant tous les participants. Après avoir souligné l’importance des enjeux de cette manifestation, il appela les participants à poursuivre la mobilisation et leur donna rendez-vous le 10 octobre pour la prochaine manifestation de l’Andeva à Paris.

 


LES PRISES DE PAROLE


- Le discours de Pierre Pluta devant la stèle
- Le tract de la Ligue des Droits de l’Homme
- Le salut de Nicolas Pondrano (CGIL)
- Le salut de Bruno Pesce (association des victimes italiennes)
- Le salut d’Eric Jonckheere (Abeva - Belgique)
- L’intervention de Marjorie L.V., veuve de l’amiante depuis 2007
- La Lettre de Pascale U., veuve de l’amiante, à Monsieur Sarkozy, Président de la République
- L’intervention de Virginie Valton, secrétaire nationale de l’Union syndicale des magistrats (USM)
- la conclusion d’Alain Guérif

 


LES PHOTOS


- Le diaporama de Patrice Raveneau
- Le diaporama de Roger Gauvrit


Document(s) lié(s) à cet article

Tract de la Ligue des droits de l’Homme