Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » Actualité » 2007 » Novembre

Québec : air pollué par l’amiante à l’intérieur des maisons autour des Mines de Thetford

8 novembre 2007

En 2003 et 2004 une campagne de prélèvements d’air avait eu lieu à l’intérieur de la plupart des maisons de Thetford Mines Une étude, qui vient de paraître sous le titre : « Échantillonnage exploratoire de l’amiante dans des maisons de la région de Thetford Mines : une menace pour la santé publique » dans l’International Journal of Occupational and Environmental Health. en analyse les résultats : des concentrations inquiétantes de fibres d’amiante sont relevées, à un niveau qui ne serait pas toléré dans les écoles américaines.

L’origine principale de cette pollution serait l’existence des « haldes », ces tas de résidus miniers dispersés dans toute la ville. Les poussières d’amiante,j transportées par le vent se sont infiltrées dans les maisons au fil du temps.

Le sol de la majorité des maisons examinées, toutes situées à proximité des haldes, s’est aussi révélé contaminé. Cette pollution intérieure des maisons pourrait - selon les auteurs - expliquer le nombre élevé de mésothéliomes pleuraux dans la région. Une étude menée par l’Institut national de santé publique avait déjà établi que ces cancers avaient une double origine : professionnelle et environnementale.

Quinze des 28 échantillons d’air prélevés dans 26 maisons de Thetford Mines dépassaient, parfois de beaucoup, la valeur limite d’exposition fixée par les autorités américaines pour la pollution de l’air ambiant. Les chercheurs s’y sont référés, parce qu’il n’existe pas au Québec de valeur limite d’exposition pour les résidences.

« Si ces maisons étaient des écoles américaines, elles seraient fermées jusqu’à ce que des mesures correctives aient ramené le niveau d’empoussièrement sous ce critère », écrivent les auteurs de cette étude.

« Ces résultats d’analyse de l’air, du sol et de la poussière nous amènent à considérer que l’environnement dans la région de Thetford Mines est gravement pollué par l’amiante chrysotile. Nos échantillonnages d’air ont été pris dans la salle de séjour où les familles rencontrées passent le plus de temps. Or, dans la majorité des résidences où ces prélèvements ont été faits, il n’y avait pas de matériau de construction provenant de l’amiante.

« Nous considérons donc que cette pollution provient de l’environnement minier. Les haldes environnantes, les résidus d’amiante utilisés dans les cours ou les entrées de maison, la poussière dégagée par les camions transportant des résidus nous sont apparus être les principales sources de pollution. »

Les auteurs soulignent que la surface des haldes est instable et n’est même pas recouverte d’une pellicule de protection. Parfois, des pans de ces tas de résidus s’effondrent, car les pentes sont abruptes. Cela dégage de la poussière. L’étude reproduit aussi la photo d’un jeune roulant avec un véhicule tout terrain sur la pente d’une halde...

Cette campagne de mesures d’empoussièrement de l’air des maisons de Thetford avait été demandée par l’AVAQ. L’association réclame que des mesures immédiates soient prises pour stabiliser et recouvrir les haldes et permettre le relogement des personnes qui habitent ces maisons polluées L’AVAQ demande que la campagne de mesures d’empoussièrement soit poursuivie et étendue aux autres maisons.

Le maire de Thetford Mines, Luc Berthold, a réagi en niant l’évidence : « Nous n’avons aucune indication que l’air ambiant des maisons est contaminé, a-t-il déclaré à la presse. Rien ne montre que les haldes posent un problème pour la santé publique. Aucune maladie n’a été déclarée pour avoir simplement habité quelque part à Thetford Mines.
Cette nouvelle étude est-elle une autre manoeuvre du lobby anti-amiante ? On peut se poser la question. »

Quant au ministre de l’Agriculture, Laurent Lessard, il s’est illustré, en qualifiant cette étude de « rapport de bonne femme » avant de s’excuser pour cette expression qualifiée de « maladroite » et de conclure que ce rapport « jette encore du discrédit » sur sa région.

Deux mines sont encore exploitées dans la région de Thetford Mines : une mine souterraine, la mine Bell, (qui doit fermer dans six mois) et une mine à ciel ouvert. Une troisième mine se trouve à Asbestos, à une centaine de kilomètres de Thetford.