Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » Actualité » 2014 » Novembre

Pré retraite Amiante : Un premier pas pour les fonctionnaires

26 novembre 2014

Communiqué de presse du 26 novembre 2014

L’Andeva se félicite de l’annonce faite ce jour par la ministre de la Fonction publique, Madame Marylise Lebranchu, d’ouvrir le système de l’allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante (Acaata) aux fonctionnaires atteints d’une maladie professionnelle liée à l’amiante.
L’Andeva avait réclamé cette mesure depuis plusieurs années et avait reçu l’assurance qu’elle serait promulguée rapidement lors de sa rencontre avec le chef de l’Etat, en mai dernier.

Ce dispositif de pré-retraite amiante est en vigueur dans le secteur privé depuis 1999, mais, à la différence de ce qui va entrer en vigueur pour les agents de l’Etat, il est également accessible aux salariés non malades qui ont été exposés à l’amiante dans quatre secteurs industriels – le flocage et le calorifugeage, les entreprises de transformation d’amiante, la réparation et la construction navale et les ports et docks.

L’Andeva considère donc que c’est un premier pas important qui a été franchi pour les fonctionnaires, mais qui en appelle d’autres. Ainsi, la reconnaissance des maladies professionnelles ne bénéficie pas des mêmes conditions que dans le secteur privé, notamment s’agissant des délais d’instruction des dossiers.
C’est le message que les victimes de l’amiante porteront au cabinet de Madame Lebranchu lors d’une rencontre prévue lundi prochain, 1er décembre.

L’Andeva souhaite profiter de cette bonne nouvelle pour rappeler au gouvernement que, depuis une dizaine d’années, nous discutons avec les ministres des Affaires sociales et du Travail successifs, ainsi qu’avec leurs administrations respectives d’un élargissement de la pré-retraite amiante aux salariés qui ont été exposés mais qui n’appartiennent pas aux secteurs actuellement éligibles. Comme par exemple les ouvriers du bâtiment.
On ne compte plus les rapports officiels prônant l’élaboration d’un système d’Acaata complémentaire au système actuel… ni les promesses faites depuis 2012 que « cette ouverture allait figurer dans le prochain PLFSS »…

Nous réitérons donc notre demande : quand se met-on autour d’une table pour en discuter concrètement ?