Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Le Bulletin de l’Andeva » Numéro 49 (septembre 2015)

Plâtres amiantés : attention !

21 septembre 2015
Auteur(e) : 

Sur un chantier-test, une étude de l’INRS mesure plus de
25 000 fibres d’amiante par litre d’air dans 50% des cas.

« Un danger grave et imminent pour tous ceux qui pensent être protégés par leur masque »

Un rapport classé « confidentiel »
de l’Institut national de recherche et
de Sécurité (INRS) révèle d’énormes
concentrations de fibres d’amiante
lors du retrait de certains plâtres
amiantés. Ce rapport a été transmis
au ministère du Travail qui n’a pas
réagi. L’Andeva demande des mesures
d’urgence.

Des mesures en microscopie électronique
(META) ont été réalisées lors du
retrait au burin d’un enduit de plâtre
amianté de type « progypsol ».

La concentration en fibres d’amiante a
été mesurée dans la zone de travail et
à l’intérieur du masque des opérateurs,
à tous les stades (burinage, arrosage,
récupération des déchets, nettoyage).

Empoussièrement massif

Le burinage s’est fait avec projection
continue d’eau sur le matériau ; aucun
dysfonctionnement dans la mise en
dépression de la zone de travail n’a
été constaté. Or le rapport de l’INRS
indique que - malgré les précautions
prises - ces opérations ont généré dans
la zone de travail « des empoussièrements
supérieurs à la valeur réglementaire
de 25 000 fibres par litre dans
50% des cas » !

Protections inefficaces

Les opérateurs portaient une combinaison
à adduction d’air comprimé
respirable dont l’ajustement avait été
vérifié. Et pourtant les mesures d’empoussièrement
réalisées à l’intérieur
du masque respiratoire ont révélé « des
valeurs élevées, pour certaines supérieures
à 100 fibres par litre. »

Une situation de danger grave et imminent
pour des opérateurs qui penseraient
à tort être protégés.

En 2011, l’INRS avait déjà alerté sur les
problèmes posés par le « progypsol ».
Son dernier rapport confirme le danger
par des mesures en META dans et hors
les protections respiratoires

L’Andeva s’étonne que ces résultats
soient classés « confidentiels » et demande
qu’ils soient rendus publics.

Il y a urgence !

On ne saurait accepter que des salariés
soient exposés à des empoussièrements
dépassant la valeur limite d’exposition
professionnelle.

Il est urgent d’étudier pour ce type de
matériau des modes opératoires réduisant
l’empoussièrement et éloignant
l’opérateur de la source d’émission des
fibres d’amiante.

Dans l’attente de la validation de ces
techniques, les interventions sur les
plâtres amiantés de ce type doivent être
repensées en application du principe de
précaution maximum : par l’utilisation de
combinaison à adduction d’air et à pression
positive pour les opérations de retrait,
par l’encapsulage notamment pour
de petites surfaces inaccessibles, voire
par le choix de différer temporairement
certains travaux si toutes les conditions
de sécurité ne sont pas réunies.


Articles tirés du Bulletin de l’Andeva N°49 (septembre 2015)