Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » International » Canada

Lettre ouverte à l’ambassadeur du Canada (1er juillet 2010)

1er juillet 2010

 

 

 


A N D E V A

Association nationale
des victimes de l’amiante

Comité
Anti-Amiante
Jussieu

Paris, le 1er juillet 2010

Appel pour que le Canada cesse d’empoisonner la planète avec son amiante

 

À l’Honorable Ambassadeur du Canada,

Nous vous remettons solennellement un appel visant à faire cesser l’extraction et le commerce de l’amiante au Canada. Nous vous demandons de transmettre cette lettre aux premiers ministres du Québec et du Canada.

Nous tenons à vous faire part de notre indignation vis-à-vis de la politique de votre gouvernement concernant l’amiante chrysotile.

Nous vous rappelons quelques faits :

• L’industrie minière et le gouvernement canadiens ont aussi une écrasante responsabilité dans la propagande mensongère qui a permis de continuer en toute impunité l’exploitation de ce matériau cancérogène.

• Dès 1998 le gouvernement canadien a porté plainte auprès de l’OMC contre la France et la Communauté Européenne pour tenter d’annuler le décret français d’interdiction de l’amiante. Il s’agissait pour des considérations économiques d’essayer d’empêcher le gouvernement français de protéger sa population d’un risque mortel. C’est bien l’interprétation qu’a retenue l’OMC en première instance, puis en appel.

• Par trois fois, en 2004, en 2006, et en octobre 2008, les manœuvres des représentants de votre gouvernement ont saboté la réunion de la Convention de Rotterdam, tenue sous l’égide des Nations-Unies, en s’opposant à l’inscription de l’amiante chrysotile sur la liste des produits dangereux.

• Le gouvernement canadien finance depuis 25 ans l’Institut de l’Amiante, rebaptisé récemment « Institut du Chrysotile » dont le but avoué est de promouvoir le commerce de l’amiante chrysotile canadien.

• Les représentants canadiens auprès de l’OMS ont régulièrement des interventions de nature contraire à la santé publique en matière d’amiante ; ces agissements sont encouragés par les industriels. Ainsi le bulletin de février 2008 de l’Institut du Chrysotile rappelle que « tous les moyens devaient être employés, incluant une pression constante et répétée des gouvernements sur la directrice générale de l’OMS afin de retirer l’amiante chrysotile de la liste des produits dont l’OMS demande l’interdiction ».

• La dernière décision scandaleuse du gouvernement québécois consiste à subventionner l’industrie minière, en garantissant un prêt de 58 millions de dollars, pour ressusciter la mine Jeffey aux frais du contribuable canadien.

Ces actes ont entrainé la mort de dizaines de milliers de personnes dans le monde et, compte tenu du temps de latence des terribles maladies causées par l’amiante, vont encore tuer pendant des décennies. Ils doivent cesser.

Vous devez demander à votre gouvernement :

• D’arrêter de financer l’Institut du Chrysotile, organisme de propagande et de corruption de la science ;

• D’annuler la garantie de prêt de 58 millions de dollars, destinée à sauver l’industrie de l’amiante Québécois – industrie meurtrière et moribonde ;

• De respecter l’éthique et la science, en particulier d’écouter les avis de l’OMS, de la Société Canadienne du Cancer, de l’Association Médicale Québécoise et de l’Association Médicale Canadienne [Pour votre parfaite information nous joignons les prises de position de ces trois dernières] ;

• De faire cesser l’extraction de l’amiante au Québec ;

• De financer les mesures sociales concernant la transition pour les travailleurs des mines d’amiante du Québec.

Vous restituerez ainsi sa dignité à votre pays.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, l’assurance de notre considération.

 

Pour l’ANDEVA et le Comité Anti Amiante Jussieu

Marc Hindry

 

 

Pièces Jointes :

1) Editorial du Journal de l’Association Médicale Canadienne (Octobre 2008) intitulé « La mortalité liée à l’amiante : une exportation canadienne. »

2) Lettre de la Société Canadienne du Cancer (29 juin 2010) : « La Société Canadienne du Cancer exhorte le premier ministre du Québec à ne pas accorder de garantie de prêt à la mine d’Asbestos. »

3) Lettre de L’Association médicale du Québec (30 juin 2010) : « L’Association médicale du Québec presse le gouvernement Charest de ne pas accorder de garantie de prêt à la mine Jeffrey. »