Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Le Bulletin de l’Andeva » Numéro 42 (avril 2013)

Les intolérables ingérences des marchands de mort

19 avril 2013

PAKISTAN
« L’amiante chrysotile est un produit sûr. Il n’y a aucune raison de l’interdire. »

Les autorités du Pakistan envisagent d’interdire l’amiante, et l’Association Internationale du Chrysotile a proposé ses «  experts » et son « savoir-faire » en argumentant que le chrysotile est un produit sûr aujourd’hui et qu’il n’y a aucune raison de l’interdire.
Cette ingérence est un véritable attentat à la vérité scientifique et la santé publique ; elle a été dénoncée dans une déclaration signée par de nombreux scientifiques et organisations du monde entier, dont l’Andeva.
Les signataires de la déclaration :
-  Condamnent la désinformation dangereuse que l’Association Internationale du Chrysotile dissémine au Pakistan, parce que cette information mensongère va provoquer des maladies et des décès évitables.
- Condamnent l’Association Internationale du Chrysotile qui s’emploie à saboter une intervention de santé publique du Pakistan visant à protéger les citoyens de ce pays contre les maladies et la mort provoquées par l’amiante.
- Rappellent que le consensus scientifique est sans équivoque pour reconnaître que toutes les formes d’amiante sont toxiques et que pour ce motif, toute utilisation de l’amiante doit être bannie.
- Incitent le Gouvernement du Pakistan à protéger la santé de ses citoyens en bannissant l’importation et l’utilisation de l’amiante comme le lui recommande le Comité permanent du développement des ressources humaines de l’Assemblée nationale du Pakistan.


THAILANDE
« La Russie et la Thaïlande sont tombées d’accord pour repousser l’interdiction. »

La Thaïlande est l’un
des gros consommateurs d’amiante et l’une des cibles préférées des marchands d’amiante, avec l’Inde, la Chine, l’Indonésie et le Vietnam.
L’assemblée Nationale de la Santé y a recommandé d’adopter une interdiction progressive de l’amiante et cette proposition a été dans un premier temps entérinée par le gouvernement.
Cependant les industriels russes ont fait intervenir la puissance et la diplomatie de leurs autorités et semblent avoir bloqué la politique de santé publique.
La consultation du site web de l’association russe du chrysotile le confirme. Ainsi, selon des déclarations attribuées au chef de la délégation russe dans les négociations de coopération économique et commerciale Russo-Thaïlandaise, «  la Russie et la Thaïlande sont tombées d’accord pour repousser les mesures d’interdiction d’importation d’amiante ».
Il semble que l’accord soit d’attendre les conclusions d’une prochaine réunion de coopération bilatérale ; l’association de défense du chrysotile met en avance une étude russe initiée en collaboration avec l’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer (IARC) basée à Lyon.


Les chiffres pour la Russie et dans ses anciens satellites

CONSOMMATION D’AMIANTE

(chiffres arrondis en tonnes)
- Russie : 251 000 T
- Kazakhstan : 155 000 T
- Ukraine : 55 000 T
- Biélorussie : 25 000 T
- Ouzbekhistan : 17 000 T
- Kirghizstan : 8700 T
- Turkmenistan : 5200 T
- Tajikistan : 380 T
- Azerbaidjian : 360 T
- Arménie : 250 T

PRODUCTION

Les deux seuls producteurs sont La Russie avec 1 million de tonnes et le Kazakhstan avec 220 000 tonnes.
Dans le passé, entre 1930 et 1995, la France a importé plus d’un million de tonnes d’amiante en provenance de l’URSS.

AIA
Que sont-ils devenus ?

L’Association Internationale de l’Amiante, rebaptisée récemment Association Internationale du Chrysotile (ICA) dont le siège était situé à l’adresse de l’Institut du chrysotile canadien a dû changer d’adresse et indique désormais dans ses correspondances une boîte postale…
Elle est toujours présidée par un Canadien : Jean-Marc Leblond a succédé à Clément Godbout (l’ancien président de l’institut du chrysotile canadien).



Article paru dans le bulletin de l’Andeva n°42 (avril 2013)