Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Le Bulletin de l’Andeva » Numéro 37 (septembre 2011)

Le procès de Turin

17 septembre 2011

LES ACCUSÉS

Le suisse Ernest Schmidheiny et le baron belge Jean-Louis De Cartier De Marchienne, hauts responsable d’Eternit.

CE QUI LEUR EST REPROCHÉ

Être responsables d’une catastrophe sanitaire permanente qui a causé et continuera à causer des milliers de victimes professionnelles et environnementales.

LES USINES ETERNIT ITALIENNES

Casale Monferrato (Alexandrie), Cavagnolo (Turin), Rubiera (Reggio Emilia) et Bagnoli (Naples).

LES PLAIGNANTS

6000 parties civiles : victimes professionnelles et environnementales, familles de victimes décédées ainsi que l’Inail (sécurité sociale italienne) et les institutions locales.

LA LUTTE

Elle dure depuis 30 ans. Ses animateurs : Bruno Pesce, Romana Pavesi Blasotti (association des familles de victimes) Nicolà Pondrano (CGIL).

LES AVOCATS

Un collectif d’avocats italiens, français, belges et suisses

LE PROCUREUR

Raffaelle Guariniello, spécialiste du travail, de la santé et de l’environnement. Homme tenace et courageux. A enquêté sur le dopage et sur l’accident mortel de Thyssen-Krupp à Turin.

LES PEINES REQUISES

20 ans de prison pour les accusés et un total de plusieurs milliards d’euros pour les parties civiles.

LES AUDIENCES

18 audiences préparatoires, 54 audiences sur le fond. Durée : deux années. Une centaine de personne en moyenne aux audiences, avec des pointes à plus de 500 et plus de 2000 le premier jour du procès, avec le soutien de délégations internationales, dont 250 personnes de l’Andeva.

Aucun des deux accusés n’a daigné assister à une seule des 72 audiences


Article tiré du Bulletin de l’Andeva Numéro 37 "Spécial Italie"