Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Le Bulletin de l’Andeva » Numéro 47 (janvier 2015)

LES FORMATIONS DE L’ANDEVA

26 janvier 2015

- Vincennes : Deux journées sur la prévention
- L’apport des invités
- Martigues : Faire reconnaître une maladie
- Dunkerque : Formation sur le Fiva


VINCENNES : 12 ET 13 NOVEMBRE 2014
Deux journées sur la prévention du risque amiante

50 stagiaires représentant 18 associations locales s’étaient inscrits. Sans compter les invités : un employé communal de la MNFCT, deux élus CGT d’un CHSCT de la RATP. et un syndicaliste retraité des transports de l’Abeva (Belgique).
Cette session avait été préparée par un travail collectif minutieux de la commission prévention de l’Andeva, qui s’est créée en 2009.

La session a débuté par deux brefs rappels sur les pathologies et l’histoire de l’amiante présentés par Georges Arnaudeau (Allo Amiante). Elle s’est poursuivie par un exposé de Pierre Bernardini (Addeva 93) sur l’amiante dans le logement social HLM qui a provoqué de nombreuses questions dans l’auditoire.
Didier Faure (Addeva 93), avec sa double expérience de professionnel du BTP et de victime, a présenté les diverses obligations réglementaires en matière de diagnostic amiante selon les situations (dans les parties communes ou privatives d’un immeuble, avant une vente ou avant des travaux...). Puis il a brossé un tableau simplifié de la réglementation amiante en France, exercice difficile lorsqu’on sait que près de 2000 pages de textes sont parues au journal officiel.
Cette première journée bien remplie s’est conclue par deux exposés d’Alain Lenormand (Adeva Cherbourg), ancien chimiste EDF : sur la collecte des déchets et sur les techniques actuelles de transformation de l’amiante en matériau inerte et sans danger.
Maurice Pierron (Cerader 24) a évoqué les actions menées en Dordogne par son association qui est intervenue auprès des autorités pour qu’une nouvelle déchetterie accueille l’amiante dans de bonnes conditions de sécurité et a même assuré une formation des salariés concernés au risque amiante.

Comme à chaque fois qu’une formation se tient à Vincennes, une soirée conviviale a été organisée avec une promenade nocturne sur un bateau restaurant où les stagiaires ont pu admirer les principaux monuments parisiens.

Le lendemain, Alain Bobbio (Addeva 93 et Andeva) a évoqué le droit d’alerte et de retrait, les actions en justice pour mise en danger d’autrui, dans lesquelles une association locale peut être partie civile. L’intervention d’un militant CGT de la RATP a montré ce que pouvait obtenir un CHSCT actif dans une entreprise.
Alain Bobbio a aussi présenté l’état et les insuffisances de la législation sur la valeur limite d’exposition professionnelle et le seuil de gestion de l’amiante dans les bâtiments.
La dernière partie du stage était consacrée aux expériences locales menées dans les différentes régions par des associations du réseau.
Ce fut l’occasion de mettre en lumière la diversité des problèmes qui sont posés aux militants à travers des dossiers aussi différents que celui de l’installation d’une grande surface sur un site Eternit à Vernouillet, des dalles de vinyle-amiante dans une école ou de la déconstruction de l’usine CMMP d’Aulnay-sous-Bois, sous confinement extérieur global.
Ce fut aussi pour les stagiaires eux-mêmes l’occasion d’exposer la nature des problèmes rencontrés dans leurs régions et la manière dont ils s’efforcent d’y répondre.
De l’avis général, ces deux journées furent extrêmement profitables. Elles constituent une base de travail solide qui va fournir aux associations locales des outils d’intervention et de formation des bénévoles à ces problématiques parfois mal connues.


L’apport des invités

Une clé du succès de cette formation est d’avoir trouvé un équilibre entre transmission de connaissances et échanges d’expériences. Le capital d’expériences accumulées des associations de l’Andeva mais aussi par des invités était impressionnante.
Yannick Lapergue a présenté une analyse fouillée de la stratégie mise en oeuvre par des militants CGT élus dans les CHSCT de la RATP qui ont su à la fois utiliser les prérogatives classiques de cette instance (droit d’alerte, enquête, expertises, réunions extraordinaires), mais aussi toutes les ressources des actions judiciaires telles que la mise en danger d’autrui.
Jean-Pierre Fumière, retraité de la STIB (société belge de transports en commun) a montré ce que pouvait faire un syndicalisme pêchu pour faire avancer le recensement et le suivi des salariés exposés, l’enregistrement des expositions, l’efficacité des masques, la sécurité des chantiers de désamiantage... dans un contexte souvent marqué par le déni du risque et la répression des lanceurs d’alerte.


MARTIGUES :
Faire reconnaître une maladie

L’Adevimap de Martigues a reçu 15 personnes dans ses locaux, les 6 et 7 novembre 2014, pour une formation sur la reconnaissance des maladies professionnelles liées à l’amiante.
Une salariée de la Communauté de communes, trois personnes de SOS amiante cheminots de Marseille et un membre de la
CMCAS (EDF/GDF) de Toulon étaient présents.
Certains des participants avaient déjà une solide expérience, d’autres débutaient et souhaitaient s’engager plus activement dans les permanences et la gestion des dossiers.
Les exposés de Christine Preschner et Alain Bobbio, accompagnés de diaporamas et d’exercices leur ont donné des bases.
Il reste à consolider ces connaissances par la pratique, d’abord en tandem avec des bénévoles expérimentés puis seuls, avec l’aide des nombreux documents distribués dans cette formation, qui ont été conçus comme de véritables outils de travail.


DUNKERQUE :
Formation sur le FiVA

Une formation sur le FIVA s’est tenue les 16 et 17 décembre 2014 au siège de l’Ardeva Nord - Pas-de-Calais à Dunkerque.
Les bénévoles qui assurent les permanences de Dunkerque, Calais, Gravelines, Mazingarbe, Grand Fort Philippe et Hazebrouck étaient là. Pierre Pluta, président de l’Ardeva et de l’Andeva, Laétitia qui coordonne les permanences et Dominique étaient aussi présents.
L’Ardeva maîtrise bien la préparation des dossiers FIVA (victimes et ayants-droit).
La formation a permis d’approfondir la compréhension et la vérification des offres du FIVA aux victimes ou aux ayants droit. Les participants ont travaillé sur plusieurs questions :
- Comment calculer le montant de l’indemnisation en fonction des barèmes du Fiva, à partir de la première constatation médicale de la maladie ?
- Que faire si le Fiva prend du retard pour l’envoi des offres ?
- Quels critères pour contester avec nos avocats une offre du Fiva, devant une cour d’appel ?

La formation s’est déroulée dans une ambiance animée et très amicale. Le travail en commun d’une équipe soudée est toujours très joyeux.
Deux autres formations FIVA sont prévues à l’Adeva Centre et à l’Adeva 27.


Article paru dans le Bulletin de l’Andeva n°47 (janvier 2015)