Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » International » Canada

L’Amiante et le Canada, vus par l’ANDEVA

9 janvier 2011

Le Canada a joué un rôle essentiel, depuis le début du XXème siècle, dans le développement de l’industrie de l’amiante et dans le combat des industriels pour préserver cette industrie en cachant autant que possible les terribles dégâts pour la santé.

Depuis une trentaine d’année la politique du Canada est particulièrement hypocrite :

• Les canadiens ont pratiquement cessé d’utiliser l’amiante sur leur territoire, au point que nombre d’entre eux pensent que l’amiante est interdit au Canada.

• Cependant le Canada assure une promotion forcenée des exportations d’amiante chrysotile en distribuant les rôles entre le gouvernement et les industriels. Les pays victimes sont aujourd’hui les pays en voie de développement (Inde, Indonésie, Thailande, etc...) car ils ne peuvent plus vendre d’amiante en Europe ni aux Etats-Unis.

L’Andeva a déjà publié dans son bulletin de nombreux articles sur ce sujet.

(Voir également les communiqués de presse et manifestations sur le même sujet)

Notamment


• Bulletin n° 4 (juillet 1998) :

Peu de temps après la promulgation du décret d’interdiction de l’amiante en France (27 décembre 1996), le gouvernement canadien saisit l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en demandant des sanctions contre la France et la Communauté européenne.

Le gouvernement canadien attaque l’interdiction de l’amiante par la France au nom de la « liberté de commerce » !


• Bulletin n°6 (février 2000) :

La directive d’interdiction de l’amiante dans l’Union Européenne a été adoptée en juillet 1999. Les pays membres n’ayant pas encore interdit la production (Grèce, Espagne et Portugal) la commercialisation et l’usage de l’amiante ont jusqu’à 2005 pour transposer cette directive en droit national.

Pendant ce temps les représentants du gouvernement canadien continuent de mentir auprès des experts de l’OMC ...

Brève : Interdiction de l’amiante en Europe, Plainte du Canada


Bulletin n°7 (octobre 2000) :

UN ECHEC POUR LE LOBBY DE L’AMIANTE
La plainte du Canada contre la France est rejetée par l’O.M.C.

La plainte du Canada contre la France est rejetée par l’OMC


• Bulletin n° 8 (avril 2001) :

Le gouvernement canadien fait appel contre la première décision. Cependant l’OMC confirme la décision en estimant que la France a agi pour protéger sa population ...

L’OMC rejette la plainte du Canada contre la France

Pour en savoir plus Organisation Mondiale du Commerce et Amiante


• Bulletin n° 10 (octobre 2002) :

Le gouvernement canadien et les industriels de l’amiante canadiens continuent d’essayer d’interférer auprès des organismes internationaux, notamment auprès de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Le chrysotile c’est sympa


• Bulletin n° 14 (octobre 2004) :

Lors de la première réunion de travail de la Convention de Rotterdam, le Canada intervient sans vergogne pour empêcher que l’amiante soit officiellement considéré comme un produit dangereux.

Le Canada, la Russie et la Chine bloquent l’inscription de l’amiante chrysotile sur la liste des produits dangereux !

Cependant des voix discordantes commencent à se faire entendre au Canada

Pour la première fois au Canada :
Des victimes critiquent publiquement le gouvernement


• Bulletin n° 16 (avril 2005) :

Les temps changent : les syndicats canadiens commencent eux aussi à réaliser leurs erreurs.

Canada :
Le syndicat des travailleurs de l’automobile
s’adresse au gouvernement et demande
l’interdiction de l’amiante


• Bulletin n° 21 (novembre 2006) :

Deux ans après leur premier forfait, les autorités canadiennes sabotent de nouveau la Convention de Rotterdam en profitant de la règle de l’unanimité qui prévaut dans les discussions.

Un crime contre les populations de la planète : le Canada bloque l’inscription de l’amiante chrysotile sur la liste des produits dangereux


• Bulletin n° 22 (avril 2007) :

Les mensonges destinés à favoriser l’exportation de l’amiante canadien se retournent étrangement contre les enfants canadiens.

Canada
De l’amiante dans les jouets !


Bulletin n° 24 (septembre 2007) :

L’ANDEVA publie un article très documenté sur les mines d’amiante au Québec, les statégies du gouvernement canadien et des industriels.

dossier -
Amiante au Canada : une industrie meutrière et moribonde

Cet article a valu à l’ANDEVA, à l’auteur de l’article (Marc Hindry) et au president de l’ANDEVA (François Desriaux) d’être traîné devant un juge suite à une plainte en diffamation de l’Institut du Chrysotile (le nouveau nom de l’Institut de l’Amiante). La phrase incriminée était

« L’institut de l’amiante est un organisme très actif de propagande et de corruption, qui n’hésite pas à financer des études tendant à minimiser autant que faire se peut les effets toxiques de l’amiante et surtout à en promouvoir le fameux "usage sécuritaire" »


• Bulletin n° 27 (septembre 2008) :

L’Andeva ne se laisse pas intimider et continue de dénoncer la politique criminelle du gouvernement canadien et s’associe
à un appel au premier ministre Harper pour que cesse le blocage de la convention de Rotterdam.

Appel au premier ministre Harper pour que cesse le blocage de la convention de Rotterdam


• Bulletin n° 28 (décembre 2008) :

Malgré les avertissements et les mises en garde le gouvernement canadien poursuit sa politique criminelle et réussit pour la troisième fois à empêcher l’inscription de l’amiante chrysotile sur la liste des produits dangereux de la Convention de Rotterdam.

Un mensonge d’Etat, un crime (presque) parfait


Bulletin n° 29 (mars 2009) :

Pendant ce temps, la défense contre la plainte en diffamation s’est organisée : l’ANDEVA décide de plaider « l’exception de vérité » et fournit une soixantaine de documents à l’appui des déclarations ainsi qu’une liste prestigieuse de témoins ...

... et les industriels et l’institut du chrysotile retire piteusement leur plainte

Une reculade en forme d’aveu

« Â UN ORGANE DE PROPAGANDE ET DE CORRUPTION  »

Quelques unes des associations créées par l’industrie de l’amiante au XXème siècle

L’ART DE BIEN VENDRE… … LE CANCER

« Â Dà‰FENDRE L’INDà‰FENDABLE  »

LE CHRYSOTILE EST INTERDIT DANS PLUS DE QUARANTE PAYS

« Mettez fin à l’extraction et à l’exportation de l’amiante !  »

UN DOCUMENT à‰DIFIANT

LES COMPà‰TENCES D’UN « Â SPà‰CIALISTE  »...

Le 1er juillet 2009, l’Andeva et le Comité Anti Amiante organisent une manifestation symbolique devant l’ambassade du Canada à Paris

Voir les PHOTOS de la manifestation du 1 juillet 2009


• Bulletin n° 31 (décembre 2009) :

La collusion entre les gouvernements du Canada et du Québec, d’une part, et les industriels de l’amiante représentés par l’Institut du Chrysotile d’autre part, continue de faire des ravages.

L’amiante chrysotile canadien : une affaire d’état

Pourquoi une telle obstination ?

L’amiante chrysotile canadien : UNE AFFAIRE D’à‰TAT

MESOTHELIOMES : + 67% EN 15 ANS

Dà‰FENSEURS DE L’INDà‰FENDABLE

CONTRE VENTS ET MARà‰ES


• Bulletin n° 32 (mars 2010)

Cependant, au Canada, la société civile et les médecins et scientifiques font entendre la voix de la morale et de la santé publique.

Le consensus pro-amiante se fissure


• Bulletin n° 33 (août 2010) :

Les temps sont durs pour les industriels de l’amiante au Québec. C’est au moins ce que prétendent les exploitants de la MINE JEFFREY qui veulent ouvrir une nouvelle mine souterraine et demande au gouvernement du Québec une subvention sous forme de garantie d’un prêt de 58 millions de dollars. L’ANDEVA s’associe au concert d’indignation à travers le monde et dénonce cet intolérable cynisme politique.

NON au financement de l’ouverture d’une nouvelle mine d’amiante

L’ANDEVA organise une manifestation devant l’ambassade du Canada le jour de la fête nationale (1 juillet 2010)

- en adressant une lettre ouverte à l’ambassadeur :

Appel pour que le Canada cesse d’empoisonner la planète avec son amiante

- en distribuant un tract :

CANADIEN(NE)S : LAISSEZ VOTRE AMIANTE SOUS TERRE !

Voir les PHOTOS de la manisfestation du 1er juillet 2010


• Bulletin n° 34 (janvier 2011) :

Le gouvernement du Québec retarde de mois en mois la décision d’accorder ou non une garantie d’un prêt de 58 millions de dollars à la MINE JEFFREY.

Les mines d’amiante du Québec vont-elles mourir ou continuer à tuer ?

L’ANDEVA organise une manifestation devant le bâtiment de la délégation générale du Québec à Paris (9 décembre 2008). Cette manifestation fait echo à des mouvements de protestation à travers le monde entier

Manifestations (décembre 2010) - Mumbai - Manille - Londres - Paris - Delhi- HongKong - Tokyo - Séoul (photos + commentaires en anglais)


•Bulletin n°35 (avril 2011)

Le gouvernement québécois tergiverse encore ; les syndicats québécois se divisent sur la question d el’amiante.

CANADA : Les nuages s’accumulent
sur les têtes de l’industrie minière de l’amiante