Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Communiqués de presse

L’Afsset recommande au gouvernement de durcir la réglementation sur la prévention du risque amiante.

18 février 2009

COMMUNIQUE DE PRESSE
DE L’ANDEVA

Vincennes, le 17 février 2009

Le rapport d’expertise rendu par l’AFSSET le 17 février 2009 fera date. Il rend nécessaire et urgente remise à jour de la réglementation sur la prévention du risque amiante.

Il confirme le pouvoir cancérogène des fibres d’amiante fines (non prises en compte dans la réglementation jusqu’alors) et propose une démarche de prudence par rapport aux fibres d’amiante courtes, dont le pouvoir cancérogène, non démontré, ne peut toutefois être exclu.

En milieu professionnel l’AFSSET recommande l’abandon des méthodes de comptage par microscopie optique à contraste de phrase (MOCP), qui ne permettent pas de compter toutes les fibres ni de distinguer les fibres d’amiante des autres fibres. Le rapport d’expertise préconise la généralisation du comptage des fibres par microscopie électronique à transmission analytique (META), plus précis et plus fiable, avec une prise en compte les fibres fines.

En environnement général, il préconise un abaissement de la valeur limite d’exposition (déjà réalisé en Suisse, en Allemagne et aux Pays Bas). La valeur limite de 5 fibres par litre avait été fixée par référence au fond de pollution en fibres d’amiante en région parisienne dans les années 1970. Il a été divisé par dix en 20 ans…

Concernant les fibres d’amiante courtes, il propose une démarche de précaution, considérant qu’une présence significative de fibres courtes dans l’air ambiant à proximité dalles amiante ou de fibrociment, doit être considérée comme un indicateur de la dégradation justifiant des mesures de prévention. Il préconise de faire deux mesures distinctes en environnement intérieur : l’une pour les fibres longues quel que soit leur diamètre, l’autre pour les fibres courtes.

La mise en oeuvre de ces préconisations représenterait une avancée importante en matière de prévention. C’est aux pouvoirs publics qu’incombe maintenant la responsabilité de faire évoluer la réglementation en conséquence, sans céder aux inévitables pressions des employeurs qui chercheront à limiter ou à retarder cette évolution.

L’Andeva demande à être consultée.

Elle souhaite qu’un effort particulier de formation et d’information soit entrepris pour aider ceux qui devront appliquer ces nouvelles dispositions.

Au vu des constats récurrents de dérives sur les chantiers où des salariés sont exposés à l’amiante, elle demande que des moyens suffisants soient dégagés pour contrôler la mise en œuvre effective des mesures de prévention renforcées, ainsi que des sanctions dissuasives pour les contrevenants.