Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » Dossiers » Soins, accompagnement

Intervention de Giuseppe MANFREDI, AFeVA (Italie)

15 mars 2016

COLLOQUE ORGANISÉ PAR L’ANDEVA ET MESOCLIN, LE 15 MARS AU MINISTERE DE LA SANTÉ A PARIS

"Cancers de l’amiante : écrire l’avenir
Médecins et malades débattent et proposent"


Intervention de Giuseppe MANFREDI, AFeVA (Italie)


ECOUTER L’INTERVENTION (télécharger le fichier audio mp3)


Bonjour à vous tous,

Je m’appelle Giuseppe Manfredi. Je suis né à Casale Monferrato, il y a 66 ans. J’y ai toujours vécu et j’y habite encore aujourd’hui. J’ai travaillé durant quarante ans chez DNL qui est l’équivalent italien d’Air France. Je suis à la retraite depuis 10 ans.

En 2013, après une vie consacrée au sport, je me suis brusquement retrouvé atteint par un mésothéliome pleural. Heureusement – si l’on peut dire – les médecins qui m’ont soigné et qui continuent à me soigner sont vraiment excellents et très compétents.

A Casale, depuis 2010 est en service une structure sanitaire dédiée aux soins et à l’accompagnement des victimes atteintes de pathologies liées à l’amiante. Cet organisme, l’UFIM (unité fonctionnelle inter-établissements pour le mésothéliome), est composé de médecins – dont deux sont ici présentes : la Professeure Federica Grosso et le Professeure Daniela Degiovanni – ainsi que d’une équipe d’infirmières hautement spécialisées, de psychologues, de psychothérapeutes experts dans cette pathologie.

Les malades sont accueillis dans ce service dès le premier moment du diagnostic et sont accompagnés tout au long de leur parcours de soins à toute heure du jour, à toute période de l’année, quel que soit le lieu où ils se trouvent (à l’hôpital ou à leur domicile,).

Il s’agit d’une structure d’excellence pour au moins deux raisons :

- Sont fournis aux malades les meilleurs traitements, y compris de type expérimental.
- Est garantie la présence permanente d’un personnel spécialisé à qui le malade peut s’adresser à tout moment, en cas de besoin.

Cette continuité dans l’accompagnement permet d’apporter une d’apaiser et de soulager ses souffrances physiques et psychologiques.

Nous avons été honorés d’être invités au congrès de l’Andeva. Nous partageons ses objectifs. Ce sont les mêmes que ceux de l’AFeVA. J’assure la présidence de notre association depuis 2015. J’ai l’honneur de succéder dans cette responsabilité à une femme héroïque, Romana Blasotti Pavesi. Giovanni Cappa, le vice-président de notre association, participe lui aussi à ce colloque. Il est, lui aussi, victime de l’amiante, atteint comme moi d’un mésothéliome. Bruno Pesce, l’un des co-fondateurs historiques de notre association, est également présent.

Nos objectifs sont les vôtres : la justice, la recherche, la dépollution. Le chemin pour les atteindre est souvent difficile, semé d’obstacles bureaucratiques, culturels, économiques de toutes sortes qui freinent nos actions et nos initiatives, avec les insupportables répercussions que cela fait peser sur les épaules des malades qui nourrissent des attentes et des espoirs.

Cela dit, depuis la création de notre association jusqu’à aujourd’hui nous avons fait de grands pas en avant, obtenant des succès et des conquêtes que nous n’osions pas espérer.

Pour terminer je vous apporte aussi le salut d’autres membres de notre conseil d’administration : Nicola Pondrano, Giuliana Agusta, Franco Maroni, Assunta Prato, Franca Durando et Paolo Didon. Je vous salue tous de leur part, et particulièrement les malades et leurs familles.

J’espère que nous pourrons faire encore un grand bout de chemin ensemble, jusqu’à ce que nous puissions venir à bout de la maladie et faire triompher la Justice partout.

Je suis sûr que nous y parviendrons.


Retour au programme du colloque