Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Communiqués de presse

Déclaration depuis le Palais de Justice de Turin

15 février 2013

DECLARATION

depuis le Palais de Justice de Turin

14 Fevrier 2013

Il y a un an, le tribunal de Turin condamnait le Suisse Stephan Schmidheiny et le Belge Louis de Cartier de Marchienne, deux actionnaires majoritaires d’Eternit, la multinationale de l’amiante-ciment, à 16 ans de prison.

Aujourd’hui, pour le premier jour de leur procès en appel, des victimes de l’amiante sont venues de France et de Belgique apporter leur soutien aux victimes italiennes.

Nous, représentants de l’Afeva de l’Andeva et de l’Abeva, trois associations qui défendent les victimes de l’amiante en Italie, en France et en Belgique, faisons aujourd’hui, depuis le Palais de Justice de Turin, la déclaration suivante :

---

"Nous souhaitons de tout coeur que la justice italienne confirme le jugement rendu en première instance il y a un an par un verdict a la hauteur de la gravite de la catastrophe humaine et environnementale qu’Eternit a provoquée à Casale, Cavagnolo, Rubiera e Napoli.

Nous demandons a l’Etat italien d’aider les victimes et les familles à recevoir les indemnisations qui leurs sont dues.

---

Nous demandons à l’État français de maintenir la juge d’instruction, Madame Bertella-Geffroy en poste et de lui donner des moyens suffisants pour qu’elle puisse terminer l’instruction cette année et que justice soit rendue aux victimes françaises qui attendent un procès pénal depuis 16 ans. Nous appelons à signer la pétition qui porte ces demandes :

http://www.santepublique-instructionendanger.org

Nous demandons à la justice francaise de rechercher et de juger les responsables ; la Cour de cassation doit entendre la voix des victimes. Il serait incompréhensible et moralement inacceptable qu’une catastrophe qui fait 3000 morts par an n’ait ni responsable ni coupable. Il serait inacceptable que des tragédies comme celle d’Amisol à Clermont-Ferrand ou de Valeo à Condé-sur-Noireau se terminent par un non lieu et que les personnes mises en examen soient blanchies avant d’avoir été jugées.

---

Dans le procès de l’amiante au civil en Belgique, Eternit a interjeté appel de la condamnation intervenue en novembre 2011.

Nous espérons que la justice belge saura entendre les victimes et condamner la multinationale responsable,

>---

L’Afeva, l’Andeva et l’Abeva demandent aux Etats et aux magistrats de respecter les souffrances des victimes de l’amiante et de leurs familles, Elles ne veulent pas seulement être indemnisées. Elles veulent la Justice Elles veulent que les responsables soient jugés, non par esprit de vengeance, mais pour que toutes les leçons de ces catastrophes soient tirées afin que les générations futures ne connaissent plus jamais de telles tragédies."

Afeva, CGIL, CISL et UIL de Casale Monferrato
Andeva
Abeva