Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » International » Monde

Convention de Rotterdam 2013 : les victimes de l’amiante et la société civile du monde entier se mobilisent.

26 avril 2013

L’appréhension et l’indignation internationale grandit à l’approche de la 6ème réunion de la Convention de Rotterdam.

Rappelons ce qu’il convient d’appeler un scandale diplomatique et un crime d’état. Les marchands d’amiante du monde entier, non contents de vendre par centaine de milliers de tonnes ce matériau cancérigène voient d’un très mauvais oeil que les pays consommateurs soient avertis de la dangerosité du produit.

Les mentions « fumer tue » ou « le tabac cause le cancer » ont tendance, parait-il, à faire baisser la consommation de cigarette. Les marchands d’amiante ne veulent pas que leur amiante – l’amiante chrysotile – subisse un tel préjudice. Malheureusement ils ont convaincu leurs gouvernements de les appuyer dans cette démarche sournoise, et en particulier de saboter une Convention internationale des Nations-Unies dont le but est d’améliorer la protection des populations contre les risques chimiques. Ont été ainsi sollicités, hier le gouvernement canadien, aujourd’hui le gouvernement de la fédération de Russie.

L’amiante chrysotile n’est donc toujours pas inscrit sur la liste de « l’annexe III » de la Convention de Rotterdam, c’est-à-dire la liste des produits dangereux pour lesquels une procédure d’information est requise et un « consentement éclairé » requis comme préalable à l’importation. Cette aberration du point de vue de la santé publique est jusqu’à présent l’oeuvre du gouvernement canadien ; le relai est sur le point d’être transmis à la Russie.


Manifestations de protestation des victimes


- Le 22 avril 2013, l’ANDEVA a adressé une lettre solemnelle à l’ambassadeur de Russie en France,

Amiante et Russie : lettre de l’ANDEVA à l’ambassadeur

- Vendredi 26 avril a eu lieu une manifestation devant l’ambassade de la fédération de Russie à Londres, Royaume-Uni. Dans leur communiqué de presse du 22 avril, les militants et associations de victimes de l’amiante du Royaume-Uni rappellent que l’amiante cause plus de cent mille morts par an dans le monde et dénoncent le soutien des autorités russes aux industriels russes qui exportent massivement l’amiante.

Communiqué du 22 avril 2013, Asbestos Victims Support Group Forum

Photos et récit de la manifestation à Londres, 26 avril 2013

- Le 7 mai 2013 - date du début de réunion la Convention de Rotterdam - l’ANDEVA, l’AFEVA et ROCA organise une manifestation symbolique à Genève, où les victimes de l’amiante du monde entier seront représentées pour souligner l’absurdité de nier les dangers de l’amiante chrysotile et appeler les pays à la raison.


ROCA : Rotterdam Convention Alliance


Rotterdam Convention Alliance (ROCA) est un groupement d’organisations pour l’environnement, la santé publique et la santé au travail qui promeut l’implémentation complète et efficace de la Convention de Rotterdam. À l’occasion de la prochaine réunion de Genève, un texte récapitulant positions, recommandations a été élaboré.

http://rocalliance.blogspot.ru/

Texte de la position de l’Alliance pour la Convention de Rotterdam (ROCA), 26 avril 2013 (en anglais)

Ce texte qui comporte une analyse et un résumé de la situation adresse un certain nombre de recommandations aux parties. Il est signé par plus multiples associations de victimes, de santé publique d’une quarantaine de pays.

La géographie des organisations signataires est intéressante.

L’ANDEVA appuie bien ce texte de même que nos amis européens d’Albanie, Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni.

Lors de la dernière réunion de la Convention de Rotterdam, les pays africains avaient manifesté leur indignation devant le cynisme des représentants canadiens, qui avaient incarné à cette date le mépris des pays industrialisés pour la santé des habitants des pays en développement ; des associations du Benin, Cameroun, Ghana, Maroc, Nigeria, Ouganda et Tunisie ont signé leur appui.

L’Asie est le principal consommateur d’amiante dans le monde et la cible préférée des marchands de mort et d’amiante ; ont signé position de ROCA des associations de Bengladesh, Corée, Hong-Kong, Inde, Indonésie, Japon, Jordanie, Liban, Pakistan, Philippines et Thaïlande.

L’Australie a interdit l’amiante il y a une dizaine d’années et est présente dans la liste des signataires.

Des Amériques, se sont jointes des associations d’Argentine, Brésil, Canada, Etats-Unis et Pérou. Le plus significatif est bien sûr le nombre impressionnant de signataires canadiens (plus de quinze !). Le Canada a été jusqu’à présent LE saboteur de la Convention de Rotterdam en s’opposant par quatre fois à l’inscription de l’amiante chrysolite sur la liste des produits dangereux. Avec un cynisme déconcertant le gouvernement canadien a d’ailleurs annoncé qu’il ne s’opposerait plus à l’inscription du chrysolite « puisque le Canada n’a plus d’intérêt économique à le faire ».

Le devoir (presse canadienne) , 14 septembre 2012 : Convention de Rotterdam : Ottawa ne s’opposera plus à l’inscription du chrysotile

Soulignons enfin que six associations de pays de l’ex-URSS (Arménie, Azerbaïdjan, Kazakhstan, Kirghiztan, Russie, Ukraine) ont donné leur appui. Cela est particulièrement symbolique puisque le sale rôle tenu jusqu’à présent par le Canada risque d’être tenu par la Russie, qui est aujourd’hui le premier producteur et premier exportateur mondial

VOIR l’article :

« RUSSIE et CONVENTION de ROTTERDAM 2013 : un SABOTAGE ANNONCÉ »