Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » Actualité » 2007 » Octobre

CAPER BOURGOGNE : C’était il y a dix ans !...

19 octobre 2007

L’amiante. Un tueur en gants blancs.

On savait ! Tout le monde savait ! Et pourtant on a laissé faire. Tout le monde …sauf…douze victimes de « cet or blanc » : 6 malades du travail et 6 veuves des victimes de l’amiante d’ETERNIT.

C’était il y a 10 ans. Douze hommes et femmes en colère !

Nous nous sommes retrouvés pour sortir ensemble de l’angle mort où beaucoup entendaient nous enfermer. Il y a 10 ans, nous avons « emmené » devant le tribunal des affaires de sécurité sociale de Mâcon, la Société Eternit de Vitry en Charollais, coupable à nos yeux de nous avoir empoisonnés ou d’avoir fait mourir nos maris.

Nous avons pu le faire grâce au soutien du Caper- Bourgogne, de l’Andeva, des amis syndicalistes, mutualistes, aussi par nos amis des associations de défense des autres usines d’Eternit et plus largement par une foule de salariés de toutes les entreprises, où l’amiante régnait en roi.

Face à nous, une société sans compassion, représentée par un groupement d’avocats dédaigneux.

A Mâcon, ils manœuvrèrent pour dessaisir les juges du TASS et obtinrent un appel en référé. Mais face à la cour d’appel de Dijon, leurs arguments s’effondrèrent les uns après les autres. La Cour d’Appel dijonnaise confirma la recevabilité de nos plaintes et condamna la Société Eternit pour « faute inexcusable, d’une exceptionnelle gravité », le 18 décembre 1997.

Avec le soutien des avocats Me Tessonnière et Topaloff, nous avons fait voler en éclats le consensus construit sur l’invisibilité sociale des victimes de l’amiante et des maladies professionnelles. La 1ère faute inexcusable était reconnue et le délai de prescription pour intervenir en justice et percevoir les indemnités du préjudice, levé.

Mais que cette marche a été longue et difficile.
Elle a ouvert une brèche.
Pourtant elle est loin d’être terminée, c’est pourquoi nous les « 12 d’Eternit » à savoir :
Anne-Marie DI GREGORIO, Yvette DOMAGALA, Marie-Claude GLATKA, Michelle JACQUET, Jacqueline PAPILLON, Emilienne PERRIAUD et Aimée SOULIER, en souvenir de nos époux ; les enfants CLAVIER et MALSOT, en souvenir de nos pères disparus, ainsi qu’Antoine CARRE, René KNEPPER et René PAPILLON,
conscients avec le Caper, que sans votre soutien massif, venu de tous les horizons, nous n’aurions pas remporté cette victoire capitale, décisive pour toutes les victimes françaises de l’amiante, nous souhaitons célébrer avec vous toutes et tous, ce 10ème anniversaire le 19 octobre 2007 à la salle des fêtes de Saint-Léger-les-Paray, et en marge des festivités, souligner le caractère exemplaire et porteur d’avenir de la démarche engagée voici 10 ans avec ce premier procès de l’amiante.

Deux tables rondes permettront de continuer notre longue marche.

La première : Thème « l’affaire de l’amiante : état des lieux dix ans après les premiers procès de MACON »
avec la participation de :
-  Professeur Claude GOT, chargé de mission par le ministère du Travail et le secrétariat d’Etat à la Santé, de décembre 1997 à mars 1999, afin d’étudier et de rédiger un rapport sur la gestion du risque et les problèmes de santé publique induits par l’amiante en France ;
-  Sylvie TOPALOFF et Jean Paul TESSIONNIERE, avocats de notre association et de l’Andeva ;
-  Pierre PLUTA, Vice-président de l’Andeva (Association nationale de défense des victimes de l’amiante) et Président de l’Ardeva Nord-Pas de Calais.

La deuxième : Thème « Amiante : comment construire un socle social pour les salariés européens ? »
avec la participation de : (d’autres intervenants peuvent encore se rajouter)
-  Sergio BONNETTO, avocat des victimes de l’amiante de l’usine Eternit de Casale Montferrato (Italie) ;
-  François ISELIN, expert pour l’association CAOVA (Comité d’Aide et d’Orientation des Victimes de l’Amiante) (Suisse) ;
-  Jean Marie BIRBES, Président de l’Ardeva Midi Pyrénées, salarié Eternit Albi ;
-  Gérard SEITZ, Conseiller Confédéral « activité travail-santé » à la Confédération Générale du Travail, mandaté par les 4 confédérations syndicales françaises adhérentes à la Confédération Européenne Syndicales (CES) membre du comité consultatif et sécurité au travail – Luxembourg ;
-  Jean Paul BENOIT, membre du bureau de la Fédération des Mutuelles de France, chargé des questions européennes ;
-  Guy TALES, Président du Caper-Bourgogne.

A partir de 19h30 : repas fraternel « PAELLA » accompagné d’une soirée musicale.