Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Le Bulletin de l’Andeva » Numéro 51 (mai 2016)

CANCERS DE L’AMIANTE : à‰CRIRE L’AVENIR - Pronostic - essais cliniques - Mesoclin

21 mai 2016

CANCERS DE L’AMIANTE : ÉCRIRE L’AVENIR

Médecins et malades débattent et proposent

"SOIGNER" ET "PRENDRE SOIN"


- Gérard ZALCMAN : tous les mésothéliomes n’ont pas le même pronostic
- Gérard ZALCMAN : deux études MAPS
- Eric WASIELEWSKI : présentation du réseau MESOCLIN


Gérard ZALCMAN :
tous les mésothéliomes n’ont pas le même pronostic

L’étude des différences fait progresser la connaissance de cette maladie.

Survies longues : Il y a toujours eu des cas – rares – dont on trouve trace même dans les études anciennes.

Femmes : Il y a moins de mésothéliomes chez elles que chez les hommes, mais leur nombre augmente. Les expositions paraprofessionnelles ou environnementales sont chez elles plus fréquentes et plus difficiles à retrouver. Selon une étude américaine, l’espérance de vie chez les femmes ayant un mésothéliome serait trois fois supérieure à celle des hommes (**).

Lymphome : Les jeunes qui ont eu un lymphome traité par radiothérapie thoracique développent - 30 ou 40 ans après - une forme rare de mésothéliome. Les patients sont moins âgés. Le pronostic est meilleur.

Type histologique : il influe sur le pronostic. Une nouvelle classification a récemment été établie.

Altérations moléculaires : plusieurs ont été identifiées. Deux sont très fréquentes (P 16 et BAP 1). Il n’y a pas encore de traitements ciblés pour ces gènes, comme cela existe pour le cancer du poumon.

Classement TNM : On classe les cancers en fonction de leur taille (T), de la présence de ganglions (N) et de métastases (M). Ce classement est inopérant pour le mésothéliome. Il a été élaboré par des chirurgiens qui pratiquaient des opérations lourdes, aujourd’hui abandonnées par la plupart des équipes. Le scanner n’est pas un outil fiable pour voir l’extension de la maladie.

Il y a d’autres facteurs de pronostic (état général, existence d’une anémie...)

(*) Président honoraire de l’Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique (IFCT). Chef du service d’Oncologie thoracique du CHU Bichat, APHP.

(**) Etude d’après le registre nord-américain du SEER portant sur 14 229 cas (dont 22% de femmes)


Gérard ZALCMAN (*) :
deux études "MAPS"

L’étude « MAPS 1 », coordonnée par le Pr Gérard Zalcman associait l’Avastin à une chimiothérapie classique. Elle a amélioré la survie.

Une seconde étude (« MAPS 2 »), combinant l’Avastin et une immunothérapie moderne, coordonnée par le Pr Arnaud Scherpereel, a commencé au lendemain du colloque.


Eric WASIELEWSKI :
présentation du réseau MESOCLIN

Eric Wasielewski, administrateur de MESOCLIN a expliqué que ce réseau reliait une quinzaine de centres experts. Le Centre expert coordonnateur est à Lille.

Le coordonnateur national est Arnaud Scherpereel.

Un site Web a été ouvert :
http://mesoclin.chru-lille.fr/

Des documents d’information sont envisagée en lien avec les associations.

Un logiciel en extranet est en développement (WebMPM).Il permettra l’enregistrement et la soumission electroniques sécurisés de dossiers patients pour avis et la création d’une base de données cliniques.

Il devrait faciliter la déclaration obligatoire du mésothéliome en lien avec l’institut de veille sanitaire (InVs).


Articles tirés du Bulletin de l’Andeva No 51 (mai 2016)


- Suite des articles sur le colloque

- Retour au sommaire du Bulletin