Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Communiqués de presse

Amiante : l’Andeva interpelle Bernard Kouchner sur le problème des expositions environnementale en Nouvelle Calédonie

28 juillet 2009

 

 

 


ADEVA NC

Association de défense des victimes de l’amiante en Nouvelle Calédonie


ANDEVA

Association nationale de défense des victimes de l’amiante

Paris, le 28 juillet 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Alors que le sommet France-Océanie va s’ouvrir à Nouméa le 31 juillet prochain, l’ANDEVA interpelle Bernard KOUCHNER et Marie-Luce PENCHARD sur le problème de l’amiante environnemental et la protection des populations en Nouvelle Calédonie.

Rappel des faits.

L’amiante a été interdit dans l’île en 2007. Comme en métropole, se pose maintenant la question du désamiantage aussi bien dans l’industrie que dans l’habitat.

Mais les pouvoirs politiques vont être confrontés à deux problèmes cruciaux dans l’avenir : d’un point de vue environnemental avec la protection des populations qui vivent sur les terrains amiantifères et d’un point de vue professionnel avec la protection des salariés des travaux publics ainsi que des mineurs de nickel, sachant qu’une forme d’amiante (chrysotile) se trouve associée au minerai de nickel.

*******

Le conseiller technique de l’Andeva, le docteur Lucien PRIVET s’est rendu en Nouvelle Calédonie il y a quelques semaines et le constat est accablant.

L’amiante est présent partout et les enfants marchent et jouent dans les terres naturellement amiantées. La Dass défend le fait que les dangers sont connus depuis seulement 15 ans dans l’île et qu’il faut du temps pour trouver des solutions.

Pendant ce temps, les populations continuent à être exposées et pour les enfants, on peut prédire une mort annoncée dans une trentaine d’années.

L’exposition concerne aussi les salariés du bâtiment et des travaux publics. A chaque construction de route, il y a un risque puisque l’amiante est présent partout. Cela concerne aussi les mines de nickel.

Le programme de ce sommet France-Océanie portera sur les thèmes suivants : la défense et la sécurité, l’aide au développement et la protection de l’environnement.

Il faut maintenant en finir avec cette lenteur administrative et mettre en place un plan d’urgence avec notamment les mesures suivantes :

- Identification exhaustive des lieux amiantiféres
- Information des populations concernées
- Mesures de protection des populations passant par exemple par la revégétalisation
- Adoption par les autorités calédoniennes des dispositions sur la sécurité des travaux (notamment du BTP) effectués sur des terres amiantifères, applicables en métropole depuis déjà plusieurs années.