Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » L’ANDEVA » Le Bulletin de l’Andeva » Numéro 56 (janvier 2018)

13 octobre à Paris : la solidarité internationale des victimes

26 janvier 2018

ITALIE :
Ils sont venus de Casale

Une délégation de l’AFeVA, l’association des victimes de l’amiante de Casale Monferrato et Cavagnolo a participé à la manifestation de l’Andeva.

Sur sa banderole était écrit : « Per un mundo senza amianto » (pour un monde sans amiante).

En fin de manifestation, Bruno Pesce a pris la parole pour expliquer l’importance et les difficultés du combat pour un procès pénal en France et en Italie (voir l’article sur le procès « Eternit-bis » dans la rubrique internationale).

L’Afeva a réalisé une belle vidéo sur la manifestation.

ESPAGNE :
Elles sont venues de Barcelone

L’association des victimes de l’amiante de Catalogne (Avaac) et le Collectif de juristes de « Collect-Tiu Ronda » sont venus de Barcelone apporter leur solidarité.

Sur sa banderole on peut lire : « l’amiante est toujours un problème. L’amiante continue à tuer. Nous, les victimes, exigeons la justice. »

Mar Valldeoriola du Collectif a pris la parole en fin de manifestation.

Cinq organisations anglaises
soutiennent la manifestation

Le Syndicat GMB, le Forum des groupes de soutien aux victimes de l’amiante, le Secrétariat international pour l’interdiction de l’amiante (Ibas), Mésothéliome au Royaume Uni - Les Comités contre l’amiante dans les écoles1 ont publié un communiqué commun :

« Des liens anciens et solides unissent les victimes de France et de Grande-Bretagne »

(...) Les membres des organisations du Royaume Uni signataires travaillent avec les victimes de l’amiante, viennent en aide aux malades atteints de cancer dus à l’amiante, interviennent pour les travailleurs qui sont exposés à des risques et mènent campagne pour obtenir justice en Grande-Bretagne et à l’étranger.

Ne pouvant nous rendre à Paris pour être aux côtés de nos collègues, nous tenons à leur dire notre solidarité et notre admiration pour les efforts qu’ils fournissent pour révéler l’épidémie silencieuse et invisible de l’amiante qui a causé tant de maladies et de morts prématurées en France.

Les Britanniques et les Français sont parmi les populations les plus touchées par sa toxicité : le Royaume Uni se place au premier rang pour le nombre de décès dus à l’amiante et la France se place au 8ème rang. Nos pays ne sont pas seulement liés par l’étendue de cette tragédie. En 1931, lorsque la Grande-Bretagne a décrété les premières lois concernant l’amiante, la compagnie Turner & Newall Ltd, pour éviter d’avoir à assumer les dépenses pour la protection des ouvriers, a déplacé son usine de fabrication de l’amiante de l’Angleterre au nord-ouest de la France. En étant en France, ils ont évité cette dépense pendant 45 ans.

Des liens anciens et solides unissent les victimes de l’amiante de France et de Grande-Bretagne. Leur combat est aussi notre combat. Aujourd’hui, nous leur envoyons un message de camaraderie et de solidarité et tous nos souhaits pour cette journée de marche.


Articles tiré du Bulletin de l’Andeva N°56 (janvier 2018)