Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante

Vous êtes ici : Accueil » Dossiers » Suivi médical

Suivi médical

Le suivi médical un droit pour les personnes exposées à l’amiante.

Il peut concerner :

- des salariés en activité : dans l’entreprise où ils ont été exposés ou dans une autre (suivi post-exposition). Il est organisé sous la responsabilité du médecin du travail. Les examens sont financés par l’employeur.

- des salariés ayant cessé leur activité : retraités, pré-retraités, chômeurs ou personnes ayant arrêté de travailler (suivi post-professionnel). Il est organisé sous la responsabilité du médecin conseil de la caisse primaire. Les examens sont financés par le Fonds national d’action sanitaire et social (Fnass)

- des salariés ou anciens salariés dont la maladie a été reconnue et consolidéee par la Sécurité sociale (suivi post-consolidation). Ce suivi doit être demandé par le médecin traitant qui propose un protocole de de soins post-consolidation, qui doit être validé par le médecin conseil de la caisse primaire.


La réglementation sur le suivi médical post-professionnel des personnes ayant été exposées à l’amiante prévoit « une consultation médicale et un examen tomodensitométrique (TDM) thoracique réalisés tous les cinq ans pour les personnes relevant de la catégorie des expositions fortes et dix ans pour celles relevant de la catégorie des expositions intermédiaires  » (arrêté du 6 décembre 2011) .


Le scanner ou examen tomodensitométrique (TDM) est beaucoup plus performant que la radiographie pour le repérage des pathologies dues à l’amiante.

La supériorité du scanner, plus sensible et plus spécifique que la radio, avait été reconnue officiellement dès janvier 1999 par une conférence de consensus.

Une audition publique organisée sous l’égide de la Haute Autorité de Santé (H.A.S.) a adopté des recommandations rendues publiques en mai 2010.

La commission d’audition à laquelle participait l’Andeva a confirmé que le scanner est l’examen de référence pour le suivi médical amiante. Elle préconise l’arrêt des radiographies.

Elle a constaté que moins d’un salarié concerné sur dix bénéficie aujourd’hui d’un suivi médical post-professionnel.

Aussi a-t-elle préconisé :

- une visite médicale de départ lorsqu’un salarié quitte l’entreprise, avec délivrance d’une information sur ce suivi et réalisation d’un relevé de carrière par le médecin du travail

- mais aussi l’envoi par les caisses primaires d’un questionnaire d’exposition à l’ensemble des nouveaux retraités, afin d’informer et de mieux repérer les personnes susceptibles de bénéficier de ce suivi.


Le scanner a été intégré avec 12 ans de retard dans la réglementation par un arrêté du 6 décembre 2011. Les gouvernements ont fait preuve d’une formidable inertie dans ce domaine depuis une quinzaine d’années.


POUR EN SAVOIR PLUS :

- L’audition publique de la H.A.S.
- Le programme régional de suivi médical amiante en Normandie, Rhône-Alpes et Aquitaine.
- La conférence de consensus,


Documents liés à cette rubrique :

Suivi médical :
savoir l’essentiel